Un papa heureux

Les photos scolaires, de beaux souvenirs pour les enfants et les parents

A chaque rentrée, ce sont les mêmes habitudes qui reviennent. L’achat des fournitures pour l’école, de nouveaux vêtements, l’inscription aux activités et loisirs et la fameuse photo de classe. Et chez nous, cette dernière fait partie de nos traditions préférées ! Les enfants attendent ce jour avec impatience et avec ma femme, nous avons toujours hâte de la découvrir. D’autant que le photographe de l’école de nos bambins est très doué, ses clichés sont de grande qualité et ses cartonnages scolaires sont très originaux. D’ailleurs, on les a tous gardés !

Des photographies qu’on aime conserver

Je dois avouer que je suis enchanté que cette tradition perdure dans les établissements. A un moment, j’ai cru que ces clichés allaient être numérisés et que les tirages classiques disparaîtraient. Or, je trouve qu’ils ont beaucoup de charme. Dans ma famille, on aime bien les garder et les sortir lors de nos réunions. A la maison, ma femme accroche un portrait de chaque enfant dans un cadre et elle range les photos de groupe dans une jolie boîte, sauf si nos bouts de chou veulent les mettre dans leur chambre. Elle conserve aussi les cartonnages scolaires car les dates sont inscrites et on renseigne aussi à la main le nom des camarades de nos bambins. Ainsi, cela leur fait des souvenirs de leurs plus belles années !

La pochette photo, un élément important

Quand j’étais petit, je me souviens que j’adorais découvrir les nouveaux cartonnages de mes photos scolaires. En primaire, le photographe qui venait à notre école rivalisait d’originalité chaque année dans le choix de ses pochettes. Il choisissait toujours des modèles colorés comme ceux présents sur ce site, mais avec des dessins ludiques qui aujourd’hui paraissent assez rétro, mais à l’époque, ils étaient très modernes ! Et cela me fait sourire car mes enfants sont aussi sensibles à ces supports en carton. Ils ne veulent pas qu’on les jette et ils s’amusent à les comparer d’une année sur l’autre.

Laisser une réponse

*